Travailler dans l’industrie (aka le « Game game »)

0

Comment faire pour rejoindre le monde merveilleux des mondes virtuels ?

=> Déménager à Montreal.

Alors que le gouvernement Français nous explique que  » le protectionnisme, cay pas bien », et que « si on fait la guerre commerciale à la Chine, bah elle va nous la faire aussi », et que « on peut pas, a cause de l’Union européenne », le gouvernement Québecois rit grassement dans sa barbe et balance des poignées de billets violets sur l’industrie du jeu vidéo (que j’appelle le « Game game ») :

– Retour du crédit d’impôt à son taux maximal de 37,5% (il était descendu à 20%) , soit 30% pour la production d’un jeu commercial et 7,5% pour la création d’une version française.

L’Etat subventionne 37.5% des salaires des devs, avec un plafond théorique, au cas où plus de 20% d’un studio gagnerait plus de 100k$ annuels (théorique, vraiment).

Winnie remettant en cause le dogme concurrentialiste européen

 

Grace à cette politique fermement condamnée par l’Union européenne mais soutenue par Winnie l’ourson, Montreal est devenue une, si ce n’est LA, capitale mondiale du jeu vidéo, en 10 petites années et en partant de rien, et tout le Canada est une place incontournable de l’industrie. Rien à voir avec la France, qui partait pourtant avec 10 longueurs d’avance aux grandes heures d’Atarilol.

L’Angleterre et Singapour ont également décidé de soutenir le Game game, avec moins d’impact que le Québec pour l’instant, mais toujours plus que la France.

About Author

Comments are closed.