Critique Série TV : The 100, une série pour ados ?

0
65
Gardez la foi !

Passée la première saison plutôt moyenne, on obtient une série qui gagne en maturité, en intensité, portée par ses personnages secondaires. Elle n'est pas exempt de tous reproches, mais elle se regarde avec plaisir.

The 100 (prononcé « The Hundred ») est (encore) une série dramatique post-apocalyptique, diffusée depuis le 19 Mars 2014 sur la chaîne CW. C’est une adaptation de la trilogie écrite par Kass Morgan. Ne vous attendez pas à une série qui défonce les audiences, sa diffusion est relativement discrète sur un network moins connu (Les deux premières saisons ont tourné autour de 2,5 millions d’audience). D’ailleurs, c’est en écrivant cet article que j’ai découvert que la série était diffusée sur France 4. Mais qui regarde France 4 de toute façon ? (Qui regarde la TV ?…)

Mais pourquoi The 100 ? En séries comme en jeux vidéos, j’adore commencer quelque chose de nouveau. Il y a tellement de bonnes séries que j’ai laissé de côté (Vikings, The Americans, The Good Wife,… True Detective, non je déconne pour celle-là). En naviguant sur le menu de [Censure Hadopi], je suis tombé sur The 100, et sa note très honorable de 7,9 sur IMDB. J’ai un faible pour la science fiction. J’ai cédé.

raven

♥ Raven (Lindsey Morgan) ♥

Lost 4 Dead

L’histoire se déroule aux alentours de 2150, 97 ans après un apocalypse nucléaire qui a anéanti presque toute vie sur Terre. Les seuls survivants connus, environ 2 400, vivent dans une station orbitale massive. Ce n’est évidemment pas la fête, les ressources sont limitées et ils ont trouvé un super moyen de limiter la population : la peine de mort pour le vol d’une pomme. Chaque délit, aussi petit soit-il, est punissable par éjection dans l’espace infinie, sans combinaison, ni panier repas, sauf si le criminel a moins de 18 ans.

Mais voilà, la station se meurt. Le conseil décide donc d’envoyer dans le plus grand secret, 100 jeunes « criminels » sur Terre pour tester les conditions de vie. La capsule arrive à proximité de Washington DC, la destination d’origine était Mount Weather en Virginie (véritable installation militaire).

Premier spoiler : la Terre est habitable (Sinon cela aurait été l’une des séries les plus courtes de l’histoire).

Laissez 100 ados (Rappelons qu’un ado dans une série américaine a environ 25 ans dans la vraie vie) sans surveillance, qu’obtenez-vous ? L’anarchie évidemment.
Deux « leaders » apparaissent : Clarke Griffin (Eliza Taylor) fille du médecin chef de la station et dont le père s’est fait éjecter pour avoir voulu révéler à tout le monde que la station était en fin de vie, et Bellamy Blake (Bob Morley), le seul adulte à s’être glissé dans la capsule afin de rester avec sa petite sœur.
J’ai mis leaders entre guillemets car dans la première saison, difficile de trouver leurs interprétations crédibles (pas aidés par les dialogues non plus).

baffes

Attention, il est fort probable durant le visionnage de la saison 1 qu’une forte envie de mettre des baffes à ces deux-là vous passe par la tête : c’est tout à fait normal.

Deuxième spoiler : Ils ne sont pas seuls (Sinon cela aurait été l’une des séries les plus chiantes de l’histoire).

Pas de surprise donc. Et les « autres », ils ne sont pas cools. Nos ados vont donc t-ils se faire bourrer par des hordes barbares ? Vous le saurez si vous regardez, j’arrête là pour le pitch.

The-100-season-2-episode-7-Grounder

Comité d’accueil

Au début de la série, on se dit que l’on a affaire à un remake de Lost, ensuite on se dit qu’il serait temps de revoir Vikings, et à partir de la saison 3, on pense à la nouvelle saison de Game of Thrones qui va bientôt démarrer.

Jusque là, je pense que vous n’êtes pas convaincus, et vous vous dites sûrement que vous ne regarderez pas The 100. Il est donc grand temps pour moi de vous rassurer.
Oui, j’avoue, j’ai eu peur en regardant la première saison et notamment les premiers épisodes, de regarder une série pour adolescents, prévisibles et sans intensité.

Pourtant j’ai insisté, pour vous chers lecteurs, et je n’ai pas été déçu. Non ce n’est pas une série qui restera dans les annales télévisuelles, mais elle gagne en qualité, en maturité, en intensité. Mettons de côté les quelques énormités scénaristiques (« Et si on écrasait la station orbitale sur Terre, peut-être que l’on va survivre et se retrouver à 400m de nos chers enfants ? », « Apprenez la langue des barbares en stage intensif de 3 semaines », « Devenez Champion de Free Fight en 3 jours », la mécanicienne de 18 ans qui devient ingénieur de la NASA, j’en passe et des meilleurs…).

Certains personnages intéressants sont plus développés comme Jaha (Isaiah Washington) et Murphy (Richard Harmon). Les personnages d’Eliza Taylor et Bob Morley évoluent dans le bon sens, je ne reste toutefois pas convaincu par l’interprétation de ce dernier. Par contre, Octavia Blake (Marie Avgeropoulos), non vraiment c’est trop dur.

Can-murphy-be-trusted_210

Murphy (Richard Harmon) et  Jaha (Isaiah Washington)

L’histoire devient beaucoup plus intéressante, je ne vous dit pas quoi pour ne pas spoiler, mais nos héros devront faire des choix radicaux qui m’ont plu, l’atmosphère est de plus en plus sombre. Autre point positif, ce n’est pas gore malgré les nombreux morts, choix de mise en scène ou simples contraintes budgétaires, je ne sais pas.

Au final, on peut reprocher à The 100 son côté ado, ses acteurs mannequins, l’absence totale du mode survival (surprenant vu le pitch initial), les romances sans intérêt surtout présentes dans la saison 1, certains dialogues, des interprétations moyennes, (globalement une saison 1 moyenne)…
On peut reprocher beaucoup de choses, toutefois la série s’améliore nettement au fil des épisodes, et bien qu’elle n’apporte rien de nouveau dans le genre, elle a le mérite de capter l’intérêt du spectateur et d’avoir pas mal de personnages secondaires complexes et captivants.

qui meurt en premier

Devinez qui meurt en premier ?

.

About Author

Casugamer, expert en rien, testeur en tout. @RostyKrouk

Comments are closed.