Test Wargame Red Dragon sur PC

0

Verdict après 5h de jeu:

90
On ne peut pas
s'arreter!

WRD est un hymne aux armes, aux équipements, et à la stratégie militaire. C’est mid-hardcore en termes de prise en main et de difficulté, pas franchement d’aide pour vous aider à adopter la bête (les tutos sont nécessaires mais insuffisants), mais en fait, tout est logique. Ce jeu est riche, stressant, vraiment stratégique plutôt que tactique, et il ne nécessite pas de pouvoir faire 400 clics par minute.
Et puis vous aurez toujours le droit de sauvegarder avant chaque mission. Par les temps qui courent, ca va vous reposer des roguelikes auxquels vous jouez.

Tu vois Starcraft? Ben c’est pas du tout pareil

Les jeux de la série « Wargame » ont comme points communs: des centaines d’unités (ayant existé), la prise en compte de pleins de paramètres qui les rapprochent de la simulation (sans forcément qu’on s’en rende compte), l’absence de bâtiments de construction (et donc de base à rusher), et de chouettes scénarios uchroniques qui ont le bon gout de paraître vraisemblables (mais ne le dites pas à Kim Il Sung).

Moi j’aime bien les jeux qui me font sentir intelligent. Ca change de ceux qui me font me sentir vieux (hello Starcraft et ses 400 apm). WRD vous fera réfléchir, et parfois vous sentir intelligent, ou complètement stupide. Mais quand un plan se déroule sans accroc, c’est le bonheur.

 

La carte "a la Risk" sur laquelle vous déplacez vos unités en tour par tour avant de lancer les combats en temps réel

La carte « a la Risk » sur laquelle vous déplacez vos unités en tour par tour avant de lancer les combats en temps réel

Alors vous allez planquer vos Pattons dans une ornière, avec une unité de reconnaissance sur la colline a l’est. Un peu plus au nord, dans les bâtiments, vous aurez planqué des fantassins équipés de SMAW anti tanks, et une troupe isolée dans une ferme avec des stingers pour voir venir les helicos ennemis. Et quand vos troupes seront en place, vous allez réaliser votre erreur: une jeep ennemie vous a repéré depuis le flanc ouest, les artilleries nord-coréennes ont commencé leurs tirs de barrage sur le petit village, vos fantassins sont immobilisés, massacrés, vos tanks foncent dans les champs autour de Busan en espérant trouver la jeep, mais ils se font cueillir par des lance-missiles filoguidés, ils ont une plus grande portée de tir qu’eux, et surtout, planqués comme ils sont à la lisière du bois, ils les voient comme le nez au milieu de la figure.

En 82 secondes vous vous êtes faits massacrer, mais vous avez compris. Les lignes de vue, les portées de tir, le fait que certains véhicules ont des stabilisateurs, que les fantassins, si ils sont au milieu d’une foret, sont certes invisibles mais ne voient rien non plus. Alors à la prochaine partie, vous allez prendre tout ça en compte, et finir renvoyer les nords coréens chez eux.

J’ai mentionné la carte à la Risk pour planifier les batailles? Les bateaux? Les avions? les helicos qui droppent des SEALS derrière les lignes ennemies? Ben voila.

 

Korea Total War

Dans WRD, on déroule des scénarii pseudo-historiques: partant d’une situation ayant existé (la guerre de Corée), les coyotes d’Eugen système, qui ont l’air d’avoir sacrément potassé le sujet, vous proposent de poursuivre, modifier, et réinventer les conflits qui auraient pu avoir lieu pendant la guerre froide. Tout ca, avec une carte à la risk présentant les troupes présentes sur le lieu du conflit, et vous permettant de choisir celles que vous enverrez au casse-pipe.

Force est de constater que c’est très chouette, les vidéos d’archives sont bien utilisées, l’histoire se tient, le seul bémol vient de l’intervention de vos contacts entre chaque mission, représentés par des portraits 2D un peu kitch, ils vous sont généralement d’une aide tout relative.

Le moteur graphique sait vous sortir ça avec des dizaines d'unités et un niveau de zoom/dezoom incroyable. Mais vous ne le verrez jamais parce que d'aussi près, on ne comprend pas ce qui se passe.

Le moteur graphique sait vous sortir ça avec des dizaines d’unités et un niveau de zoom/dezoom incroyable. Mais vous ne le verrez jamais parce que d’aussi près, on ne comprend pas ce qui se passe.

 

Eloge de la lenteur, hymne à la sauvegarde

Dans la vraie vie, à la guerre, mourir ça vient vite. Dans WRD aussi. Vous ne pourrez pas faire pause pour donner vos ordres, contrairement aux précédents opus, mais vous pourrez ralentir le temps suffisamment fortement pour que ça revienne au même. Cette bonne idée reprise aux mega games de Paradox (Crusader kings, Hearts of Iron) pour permettra de comprendre ce qui se passe sur le champ de bataille lorsque vous devrez gérer 4 fronts en même temps, des déploiements, des retraites, et tous les jurons qui vont avec.

Les unités sont conservées sur la map stratégique, donc les pertes que vous subissez sont permanentes. Point de base ou de bâtiment de production, pas moyen de spawner des milliers de KM113A1 TOW pour noyer les tanks nords-coréens sous vos belles roquettes anti-tanks, bref, il va falloir être sacrément prudent.

Il faut donc le savoir, la pression est forte, l’adrénaline monte, mais le rythme du jeu lui même est très lent. Pour vous faire une idée, c’est la même différence entre WRD et Starcraft, qu’entre Call of Duty et World of Tanks. Moi j’aime bien, mais j’ai dépassé la barre fatidique des 30 ans donc de toute façon mes réflexes ne sont plus ce qu’ils étaient, à voir si c’est pour vous.

 

De la beauté d’un missile sidewinder dans le soleil couchant

Le moteur graphique des Wargame, déjà moultement récompensé, utilisé également dans RUSE, fait toujours autant rêver par l’ampleur des batailles qu’il arrive à gérer. Quand un de vos avions envoie son missile AMRAAM sur un Sukhoi ennemi, il part du point d’attache sous l’aile, et ne réapparait pas magiquement, les flares que lancent vos bombardiers en faisant du vol dos pour échapper aux batteries au sol n’ont d’égal que le chatoiement d’un tir de tank rebondissant sur le sol légèrement incliné d’une pente.

C’est fouillis parce que nerveux, pour en profiter il faut ralentir le jeu, mais ca envoie grave. Rien que d’en parler j’ai envie d’y rejouer.

Voila à quoi ressemble ce que vous verrez la plupart du temps en termes d'interface.

Voila à quoi ressemble ce que vous verrez la plupart du temps en termes d’interface.

 

Jeu: Wargame Red Dragon
Editeur: Focus Home Interactive
Développeur: Eugen System
Date de sortie: 17/04/14
Genre: RTS pour fanas de la chose militaire qui n’ont plus l’age de faire 400 actions par minute
Temps de pause avant écriture: 1 jour

About Author

Trentenaire passé par l'industrie avant d'aller chercher bonne fortune ailleurs, j'aime la plupart des genres de jeux vidéo PC, avec un préférence pour les RTS et les RPG.

Comments are closed.