Test: The Witcher 3 sur PC

0

Verdict après 6h de jeu

100
Culte

En guise de résumé je n'aurai que ces quelques mots pour toi, Geralt ...
Cela fait 4 ans qu'elles attendaient ton divin retour,
Yennefer a mis son décolleté le plus glamour,
Elles connaissent ton art de la bifle, on connait ton art de la gifle,
Tu distribues les beignes, enchaîne les conquêtes
Tu fabriques aussi des peignes, et mène tes enquêtes,
La maitrise de tes créateurs est sans pareille,
Leur univers nous emporte entiers: coeurs, yeux, oreilles,
Ta vie est un chef d'oeuvre qui n'a rien d'approximatif,
A jamais nous te respecterons, Geralt de Riv.

Après 2 opus qui ont fait entrer les polonais de CD Projekt dans la guilde réduite des maîtres du RPG à l’occidental (RPG à l’occidental = RPG sans un gamin, une princesse et une fée qui sauvent l’univers), The Witcher 3 arrive enfin dans les bacs avec comme star principale Geralt De Riv, l’homme alpha du 21e siècle.

Certaines séries déclinent quand d’autres filent droit vers les étoiles pour atteindre le firmament de la jouissance vidéo ludique alors après 6 heures passées sur ce Witcher 3, doit-on élever la Pologne au rang de nation supérieure? Doit-on mâchouiller un chewing gum en disant « Mouuuuais spamal »? Ou doit-on downgrader son enthousiasme comme Ubisoft a downgradé Watchdog?

Et CD Projekt inventa le quadruple A

Autant le dire tout de suite car je ne ferai pas dans la demie mesure, si on accroche à l’ambiance Witcher (c’est à dire qu’on aime la vie tout simplement), on sait après 5 minutes que l’on vient de commencer une oeuvre rare, culte et, on l’espère, éternelle.

Tout est réuni: des personnages qui ont magnifiquement vieillis, des nouveautés scénaristiques immédiatement mises en avant qui intriguent autant qu’un slip kangourou au milieu de la savane, une réalisation technique (visuelle ET sonore) et une patte artistique qui décolle immédiatement les rétines.

Perf classiques avec PC I54670k et 7950Oc (voir en haut a droite)

Perf classiques avec PC I5 4670k et 7950 Oc, tout en ultra sauf « hairworks » = 50 Fps (voir en haut a droite)

 C’est dans les vieux sceaux qu’on fait les meilleurs suites

Au rayon de ce que l’on connait déjà on peut noter le système de combat dynamique pas évident à maîtriser mais tellement riche, les sceaux bien connus, l’artisanat (craft & alchimie), la narration très adulte avec des dialogues parfois crus, les personnages qui ne sont jamais manichéens et une vulnérabilité encore accrue du plus grand Witcher de l’histoire du jeu vidéo à tout ce qui touche à la gente féminine.

Un marécage+ un signe igni = un décollement rétinien

Un marécage+ un signe igni = un décollement rétinien

Car j’étais sur la route toute la sainte journée…

Mais fort d’un gameplay bien établi CD Projekt sublime sa trilogie avec des ajouts de qualitay over 9000: Open World, liberté de mouvement (saut, nage, cheval), des nouveaux personnages totalement sur-charismatiques, une gestion des potions dynamiques, des quêtes secondaires démentes et à profusion, un jeu de carte très sympathique (vous aussi vous deviendrez collectionneur) … même au bout de 6 heures de jeu on commence à avoir du mal à lister toutes les nouveautés qui éblouissent.

Parfois les lumières en font un peu trop...

Parfois les lumières en font un peu trop…

Y’a le bon Witcher et le mauvais Witcher

C’est vraiment en mode pourri gâté que je vais énoncer les quelques défauts qui apparaissent: la gestion de l’inventaire est lourde, apparemment pas de coffre (mais des sacoches pour le cheval), le pathfinding est parfois douteux (mais bon l’open world est gigantesque donc on pardonne) et la maniabilité du cheval qui se prend les arbres et Geralt qui ne nage pas comme Laure Manaudou lesté d’une cote de mailles sont moyennes. Voila. C’est tout. Des détails qu’on oublie vite tellement c’est une aventure passionnante, tellement CD Projekt nous gâte, tellement 24 heures dans une journée seront trop peu dorénavant.

Il m'a l'air flippant lui...

Il m’a l’air flippant lui…

Vous l’aurez compris The Witcher 3 m’a complètement emballé et pourtant je l’attendais de pied ferme. CD Projekt a largement dépassé mes attentes en enrichissant l’univers des Royaumes du Nord avec boulimie sans dénaturer cette série qui peu maintenant se proclamer culte. Et en plus, les Polonais nous ont concocté dans leurs marmites des DLC qui promettent de prolonger encore le plaisir au delà du 7ième ciel.

Entre Geralt de Riv, avec ton cortège de décapitations sanglantes et de nuits torrides, entre au panthéon du jeu vidéo.

About Author

Comments are closed.