Test: NBA 2K16 sur PS4/Xbox One

0

Verdict après 12 heures de jeu

80
On n'arrêtera
JAMAIS NBA 2K !!!

Avec une partie tutoriel de début de carrière moins cliché (ou skippable). NBA 2K16 écoperait de la note maximale. C'est vraiment la déception, même si le reste du mode carrière remonte le niveau de belle manière. Impossible de m'imaginer reroller un autre joueur pour jouer un autre poste si je dois me refaire la même histoire scriptée de la même manière.
Sur le fond et la forme jouer à NBA 2K16 est un plaisir sans nom et c'est pour moi la simulation sportive ultime.
Comment justifier l'achat ? oui le scénario Ma Carrière est décevant mais le jeu reste à un tel niveau et l'immersion est tout simplement décoiffante.

NBA 2K16 est là ! Chaque année je me demande comment les petits gars de Visual Concepts vont faire pour m’en mettre plein la vue et me forcer à redonner mes 70€ annuels pour un jeu de basket.

NBA 2K16 - Le moteur du jeu est toujours aussi beau !

Le moteur du jeu est toujours aussi beau !

Je ne sais pas si c’est une question de vécu, étant né dans les années 80 j’ai connu les exploits de Michael Jordan et Magic Johnson, mais le basket américain me replonge dans cette ferveur d’enfance qui, telle une madeleine de Proust, me transporte illico dans le passé, paire de Jordans au pied foulant le playground de Levallois (qui n’aura pas fait long feu, merci les riverains) tentant des moves improbables à m’imaginer être une star du basket. J’ai bien fait une saison de Basket mais bon sans talent ni taille, il faut l’avouer, l’envie ne fait pas tout.
Pourquoi je raconte ma vie, c’est pas important ? Si, totalement, car chaque nouvelle itération de NBA 2K me replonge aussi dans ce moment-là, c’est dire si la réalisation est bonne. C’est donc avec une attente toute particulière que chaque année j’insère presque fébrile mon jeu dans ma console à la recherche du rêve, une sorte de Graal: le mode de jeu parfait … le mode MyCareer ou Ma Carrière.
Est-ce que ce NBA 2K16 me donnera envie de replonger dans cette drogue dure ? Est-ce qu’il est préférable de faire l’impasse sur cette version tellement la concurrence fait pâle figure ? Est-ce la simulation de sport ultime ?
Vous avez déjà la réponse, CAR OUI ! sur Grab a Test on vous donne d’abord le verdict et ensuite l’explication.

Livin’ da dream (ou pas)

Véritable jeu dans le jeu, la carrière représente une fusion entre le RPG et le jeu de sport. Je ne vais pas spoiler l’histoire, mais juste citer ce qui peut l’être. Cette année le mode carrière est scénarisé, tourné et monté par Spike Lee (rien que ça). Les amateurs de la balle orange savent que le monsieur passe toutes les soirées de matchs des Knicks (de New York) au MGS. C’est donc un professionnel du cinéma mais aussi gros fan NBA qui est aux commandes.
J’aime beaucoup Spike Lee étant donné qu’on supporte la même équipe (de losers) NBA. Mais là disons le tout net, c’est le carton rouge: la partie scénarisée du mode carrière est une vraie purge. On sent l’envie de proposer une nouvelle chose, on est parfois sur des belles surprises notamment avec la période lycée de notre joueur. Mais le fond de l’affaire est totalement cliché et convenu, la storyline est une souffrance. Surtout qu’elle ne change pas, que nos performances sur le terrain soient bonnes ou mauvaises.
NBA 2K16 - Les acteurs de Living the dream.

Les acteurs de Living the dream.

Une fois cette partie tutorielle achevée, vient enfin le vrai mode carrière. Et son vrai lot de nouveautés. Au programme :
Un redesign des menus avec un dashboard pour gérer ses journées de repos, qui seront propices aux sorties avec les membres de l’équipe, faire des activités avec des fans ou débloquer des move signatures avec d’autres joueurs. La partie contractuelle aussi à été revue, notre agent s’occupe de rediriger vers nous des offres de contrat que l’on acceptera ou non. Le système d’upgrade de caractéristiques qui avait déjà pris un ravalement de façade l’an passé prend encore un coup dans les dents pour atteindre un niveau de perfection entre investissement temporel et monétaire. Cette partie pouvait être un vrai déséquilibre les années précédentes, car beaucoup d’autres modes de jeu se jouent avec le joueur créé dans ce mode carrière.

Cette année, même si il est toujours possible d’acheter des crédits pour augmenter les statistiques de son joueur, un habile capping permet de ne pas obtenir la note de 99 tout de suite. Il vous faudra cravacher à l’entrainement pour débloquer une par une les possibilités d’augmenter ses stats.

NBA 2K16 - La nouvelle logique de connexion.

La nouvelle logique de connexion.

Spin move, Crossover, Pick’n roll, Ankle Breaker, Euro Step …

Les habitués seront comme chaque année déstabilisés mais retrouveront rapidement leurs marques. Le fine tuning apportés sur le moteur de jeu et les contrôles font toujours sens et sont toujours intuitifs pour un initié. En revanche après quelques parties avec un ami novice sur 2K il vous dira que la courbe d’apprentissage représente un investissement conséquent. Il y a tant de moves à retenir, combinés avec les règles du basket qui sont parfois confuses pour quelqu’un de novice, que passer les défenses naturellement fortes de l’équipe adverse est une gageure.
NBA 2K16 - Quand la main est chaude, les paniers pleuvent !

Quand la main est chaude, les paniers pleuvent !

Depuis NBA 2K12, le moteur du jeu proposait une inertie vraiment particulière rendant chaque phase d’attaque assez délicate. Cette inertie s’affine au fil des ans et laisse place à une gestion aux petits oignons du dribble avec le stick droit. Je n’aimais pas ça, mais je passe de plus en plus sur la vue de dos et non plus la vue panoramique classique et ce quel que soit le mode de jeu. Une fois les contrôles et la vue maîtrisée c’est la foire au dunk et aux actions de génie !
NBA 2K16 - Remontée de balle !

Remontée de balle !

La jauge de tir est conservée, elle permet d’ajouter un repère visuel pour relâcher le ballon au bon moment afin de ne pas rater vos tirs. Si vous êtes dans le bon timing le ballon rentrera forcément. Si vous n’êtes pas bon dans le timing, ce qui parfois peut s’avérer nécessaire en cas de shoot contesté, les insignes dont dispose le joueur prennent le relais pour palier à ce mauvais timing. Bref c’est du gameplay pointu aux petits oignons, les anciens retireront ce repère visuel pour garder le côté apprentissage de la mécanique propre à chaque joueurs, car oui pour la plupart des joueurs leur vraie gestuelle est implémentée dans le jeu.
Je finirais cet article par ce DUNK :

 

Les trailers :

Le trailer Momentous

Le trailer par un fan du jeu

About Author

Grand stratège devant l'éternel de Football Manager. Ma devise : "si y a gazon, y a match".

Comments are closed.