Jeux VidéoTests

Test: Life is strange sur PC

Travelling, camera, action!

Life is Strange est un roman, illustré fort joliment, mis en graphisme diront nous. Pas de bling, pas de paillettes, les développeurs de DONTNOD ont opté pour des cadrages cinéma, de la profondeur de champ et une techno proche du cell shading pour donner vie à leurs personnages et à leur univers, plutôt que sur un nombre de polygone frisant le milliard. Mention spéciale à la BO toute en douceur et en délicatesse.

Et une petite mise en abyme, une
Et une petite mise en abime, une!

Et ces personnages sont là pour vous raconter une histoire, que vous n’influerez finalement qu’assez peu, en tant que joueur. Régulièrement vous aurez à faire des choix, certains représentant un vrai embranchement dans l’histoire tandis que d’autres vous sont uniquement destinés: ils vous donnent plus de contexte, ou vous ouvrent un choix de conversation en plus. Le dernier type de choix ne concerne que vos actions: il vous permet de résoudre un puzzle ou de passer un moment dans un niveau: déplacer l’objet qui va tomber avant qu’il ne tombe, passer sur le chemin avant qu’il ne soit bloqué…etc. Aucune difficulté à chercher de ce coté, c’est un moyen de meubler la narration avec un peu d’action.

L'interface est contextuelle, et plutôt bien foutue pour un point and clic.
L’interface est contextuelle, et plutôt bien foutue pour un point and clic.

Si vous trouvez l’indice, allez au paragraphe 325

Cette histoire, c’est celle d’Alex, une ado un peu paumée, qui découvre qu’elle a le pouvoir de remonter dans le temps. Ainsi, le “jeu” consistera à faire des choix, et éventuellement revenir dessus si les conséquences ne vous plaisent pas. Evidemment ce retour dans le temps est limité et donc une fois que vous aurez passé une scène, impossible de revenir dessus. Objectif? vous donner envie de recommencer le jeu pour voir ce que d’autres embranchements auraient donné. Chez moi ça a remarquablement bien marché, je vais de ce pas me faire un deuxième run.

Et l’histoire du coup, elle prend? Oui, je trouve. Je me suis senti adolescente, américaine, un peu paumée, et un peu coupable aussi d’être partie il y a cinq ans en plantant là ma meilleure amie. Rapidement j’ai pris en grippe la connasse du lycée, j’ai compati avec le geek qui ne se reproduira jamais et avec une gamine qui de toute évidence a de sérieux problèmes à la maison, et j’ai eu une furieuse envie de dénoncer l’enfoiré du coin au proviseur.

Et là, je remonte le cours du temps. Easy baby.
Et là, je remonte le cours du temps. Easy baby.

Un récit pour tous, petits et grands, garçons et filles, gamers ou novices

Tout le génie de ce jeu tient donc dans une représentation attachante et sensible de l’univers d’une gamine lambda, saupoudrée d’un peu de paranormal. Et le joueur est libre de l’explorer à son rythme. C’est très chouette, et la commercialisation par épisodes tout droit tirée du manuel de Telltale Games permet à tout le monde de se faire une idée sur le premier volet, pour moins de 5 euros. Ca serait vraiment dommage de se priver!

A la fin de l'épisode, le jeu vous montre tous les choix que vous avez fait et les compare avec les choix des autres joueurs, ou de vos amis. De toute évidence je suis un mouton et j'ai fait comme la majeure partie des gens.
A la fin de l’épisode, le jeu vous montre tous les choix que vous avez fait et les compare avec les choix des autres joueurs, ou de vos amis. De toute évidence je suis un mouton et j’ai fait comme la majeure partie des gens.

Jeu: Life is Stange
Editeur: Square Enix
Développeur: Dontnod entertainment
Date de sortie: 29/01/15
Genre: Roman illustré dont vous êtes l’héroine

 

Tags

NastyYak

Trentenaire passé par l'industrie avant d'aller chercher bonne fortune ailleurs, j'aime la plupart des genres de jeux vidéo PC, avec un préférence pour les RTS et les RPG.
Close