Test Dying Light sur PC

2

Verdict apres 3h de jeu

90
On continue

Dying Light corrige Dead Island et innove. Le système de Parkour met en valeur un level design aux petits oignons. Comme dans Dead Island la survie dans ce monde ouvert est dure et les cycles jours/nuits rendent le jeu encore plus attractif. Foncez, c'est une bombe !

Walk in Dead

Techland … Dead Island … qu’est ce que j’ai aimé ce jeu … qu’est ce que je l’ai détesté aussi …
Aimé parce qu’un jeu de zombie ou on défonce tout le monde c’est pas ma tasse de thé, dans Dead Island on combat rarement parce qu’on a pas forcément les reins assez solides pour affronter des hordes de zombies. Détesté parce que pour un FPS c’était lourd au niveau des déplacement et du shoot, heureusement on se bat finalement plus avec des armes blanches qu’avec des armes à feu.

Je n’ai pas eu l’occasion de tester Dead Island 2 donc je n’en parlerais pas, ce qui est plutôt raccord avec le fait que l’objet du test porte sur Dying Light.

Zombies à tout prix

C’est facile de résumer Dying Light, c’est un FPS avec des zombies et du parkour … C’est comme si Dead Island avait bouffé Mirror’s Edge au petit déjeuner. Le résultat de ce mariage particulier donne un jeu d’action rapide, corrigeant mes craintes et agacements de Dead Island. J’ai rarement vu un gameplay aussi bien ficelé, la facilité avec laquelle on parvient à prendre en mains le déplacement de félin de notre héro est ahurissante.

Comme dans ses prédécesseurs au début on évite l’affrontement direct, tuer un zombie prend des plombes avec une clé anglaise. En plus il faut gérer son effort, on peut donner 4-5 coups grand max. Du coup on passe le tout début à runner sur les toits d’une ville qui représente, à mes yeux, un bijou de level design tant les chemins possibles pour traverser la map sont bien ficelés.

Exit Light ! Enter Night !

Eat my brain, we’re off to never-never land ! Mais woaaaaaaah le premier run que l’on fait de nuit … quelle pression … les zombies le jour semblent amorphes et facilement esquivables … mais la nuit … des zombies hybrides font leur apparition rendant la course sur les toits ou au sol beaucoup plus dangereuse. Chaque sortie de nuit se fait sous certaines précautions, on établit un itinéraire en passant par des refuges mais la tentation est là car de nuit tout ce que vous entreprendrez sera en double XP – à condition de revenir vivant!

Et c’est là que ça se gâte, cette ville si lumineuse le jour ou l’on voit tous les chemins possibles devient de nuit un endroit de stress sans fin tellement l’obscurité est maître en ces lieu. Dying Light c’est beau visuellement mais au niveau sonore on prend aussi une claque ce qui rajoute un plus à l’immersion.

Je me prend a rêver en me disant finalement que si on remplace le personnage principal par un type portant une capuche blanche et des lames aux poignets on obtient le FPS Assassin’s Creed Zombies Edition.

Jeu: Dying Light
Editeur: Warner Bros
Développeur: Techland
Date de sortie: 27/01/2015
Genre: FPS, Zombies, Parkour

About Author

Grand stratège devant l'éternel de Football Manager. Ma devise : "si y a gazon, y a match".

2 commentaires