Test : Ark Survival Evolved en early access

0

Verdict après 12h de jeu

75
On fonce !

Clairement Ark Suvival Evolved est un jeu de survie plaisant, son côté immersif, son gameplay bien ficelé et surtout le fait de pouvoir contrôler des dinosaures - qui n'a jamais rêver d'aller au travail à dos de T-Rex ? me pousserait à vous dire FONCEZ L'ACHETER DIRECCCC.

Cependant je tempérerais cet élan en vous le déconseillant si vous n'avez pas le PC adéquat tant la réalisation technique est à chier. J'ose espérer que les développeur trouveront le temps de nettoyer tout ça et ce sera un grand 10/10.

En attendant il écope des 3/4 de la note maximale: nous étions 4 lors de cette session Free Week-end et 3 de mes comparses l'ont acheté tandis que moi j'ai préféré me racheter une alimentation PC.

Tout a commencé dans l’espace

Samedi matin, 10h, la gueule enfarinée, un soleil de fou dehors, un temps à sortir se prélasser, un verre de rosé à la main. Bref, tout ce que je n’ai pas fais en somme.

Non. Mon week-end aura commencé par un double clique sur le « launcher » d’Elite Dangerous. X-55 en mains, je jette un oeil par la fenêtre, je me dis « putain il fait beau mais je vais quand même geeker toute la journée », je lance Team Speak histoire de déculpabiliser, mes amis se connectent au compte goutte, Gth puis Artung. S’en suit une discussion d’autiste sur les jeux à venir, les jeux déjà là, vous connaissez la chanson.

Puis d’un coup, on part sur une analyse des jeux de survie et Gth nous dit : « les mecs vous avez testé Ark Machin chouette ? on m’en a dit du bien ». Ce à quoi je lui réponds « j’ai des potes qui y jouent toute la journée et qui m’ont dit que c’était cool par contre dans Canard PC ils disent que c’est moyen ».

Tel un escroc j’alt-tab pour jeter un coup d’oeil sur Steam – histoire de mentir sur ma connaissance du jeu – et découvre qu’il est en week-end gratuit. Et voilà comment nous avons passé un week-end sur une île pleine de dinosaures belliqueux.

Welcome to the Jungle

Dès nos premiers pas dans la jungle de cette île paradisiaque le constat est sans appel. Ce monde est hostile. A peine arrivés que nous sommes déjà morts, tués par une sorte de félin à grandes dents. On continue de découvrir l’interface, de comprendre les mécanismes de base du jeu et pris de démence on tente une traversée à la nage pour atteindre une rive sur laquelle on aperçoit un faisceau de lumière blanche. Traversée qui aura pour seule conséquence la mort, dévorés par des Megalodon

Sans réelle organisation on ramasse tout ce qui traîne, des pierres, des baies et du bois trouvé en frappant les arbres avec nos poings. On comprend rapidement qu’il va falloir se fabriquer rapidement des outils et des armes tant la survie dans les premiers niveaux est difficile. Il fait chaud, on se déshydrate, on a faim. Moi, pour palier à ça, je grignote un max de baies qui finissent par m’empoisonner et me laisser inconscient sur la plage (je découvrirais 4h plus tard qu’en fait on peut boire directement dans la rivière …).

Ark-Immersion

Paysage sympathique pour des vacances

Quand un jeu est logique

Avec les premiers outils tout s’accélère et Ark Survival Evolved nous dévoile les petits côtés smart de son gameplay. Par exemple, la collecte des ressources qui selon l’outil utilisé rapporte plus ou moins de composants. Ainsi quand vous frappez un arbre avec une pioche vous récupérez plus de brindilles que de morceaux de bois, tandis que si vous frappez un arbre avec une hache c’est plus de bois que vous allez récupérer. Il en va de même pour le dépeçage des animaux, vous tuez un Dodo (sorte de poulet) une fois mort l’utilisation d’une hache rapportera plus de peau et avec la lance plus de viande. C’est de la pure logique mais c’est toujours plaisant de voir ce genre de finesse implémentée correctement et alimentant encore plus l’immersion.

Joe le mineur de fonds

Joe le mineur de fond

Immersif

Car là ou Ark Survival Evolved fait fort, c’est dans l’immersion. La partie sonore par exemple est une vraie pépite  et lors des ballades en forêt il faut ouvrir grand les écoutilles. Un truc que j’ai compris après m’être fait tuer deux ou trois fois par des Raptors : ceux-ci vous chassent mais ne vous attaquent pas forcément tout de suite, ils peuvent attendre quelques minutes pour vous attaquer par surprise ou se jeter sur vous si vous les repérez et l’issue dans les premiers instants sera toujours fatale.

Ark-Brachiosaure

Paleolithique Sniper

On se lance rapidement dans la création d’un campement de fortune en plaçant un feu au sol. Comme pris d’un excès de folie je décide de placer les fondations de notre future cabane au dessus du feu. Oui je suis souvent très cohérent. En voulant couper des arbres ou je ne sais quoi notre camarade Artung lâche un grand coup de hache sur une sorte de tortue qui finira par le tuer ainsi que Gth qui ramassait des pierre dans les parages.

Je me retrouve donc seul, mes camarades ayant « respawné » dans une zone éloignée de là ou nous avions commencé. Les cycles jours/nuits sont assez stressants au début, car très vite la nuit tombe et le froid se fait sentir. Je m’exile sur le rivage d’en face afin de ne plus être gêné par cette foutue tortue. Et décide en leur absence de commencer la construction de notre premier vraie cabane.

Ils tentent tant bien que mal de me rejoindre, mais dans ce monde hostile on ne rigole pas. En guise de map on n’a qu’une sorte de calepin avec des coordonnées et aucune indication de là ou l’on se trouve. Bref ils seront là dans un bout de temps … Je pose cette fois le feu devant la base de la cabane et j’ai juste le temps de finir les murs et le toit que la nuit tombe. Nuit passée sous la pluie avec une torche à la main faute d’avoir réussi à allumer mon feu par manque de compréhension de l’interface.

Ark-Map

Absolument. Une boussole. C’est pas parce qu’on fait des cabanes en bois qu’on doit se perdre à tout bout de champ non plus

Le jour arrive et je ne suis pas mort d’hypothermie … ouf. Mais cette cabane est trop petite et nous sommes quatre. Je me relance dans la collecte des matériaux nécessaires à la construction d’un campement de fortune. J’agrandis au fur à mesure ce campement jusqu’à l’arrivée de mes camarades, il était temps.

premiereMaison

Home sweet home

La petite maison dans la prairie

Avec cet endroit où nous réfugier le soir et travailler le jour, une petite organisation se met en place et on avance de concert, chacun se spécialise dans un « craft » différent et l’on prend vraiment beaucoup de plaisir à jouer.

Tout allait bien jusqu’au moment ou en tentant d’ouvrir un des coffres disséminés sur la map commence la spirale du mauvais. S’enchaînent les morts débiles. La mort est assez impactante dans Ark Survival Evolved, dans le sens ou l’on ne dispose que de 15 minutes pour retourner à son corps récupérer son inventaire faute de quoi tout est perdu et on recommence toute la partie « stuff » (on ne perds pas les niveaux ni l’apprentissage).

Duke finira par nous rejoindre et la concentration pour lui expliquer ce qu’on savait du jeu arrêtera cette spirale négative. Jugeant ce premier campement trop exposé Gth décide de construire une autre cabane plus solide en haut d’une falaise surplombant le littoral ou nous avions élus domicile.

Maison

I’ve got to tell you. Something very bad has happened to me…

Il est 17h et je me déconnecte enfin pour profiter un peu du soleil … et manger … avec toute cette survie virtuelle, je n’ai même pas pensé a manger dans la vraie vie.

Lendemain de cuite

De retour « ingame » vers 22h je me réveille à poil dans une nouvelle maison, celle précisément que Gth était en train de bâtir dans les collines. Je jette un oeil rapide vers la plage et constate les dégâts en 5h la nature à repris possession de la plage, un Brachiosaure est venu démolir à grand coup de pied notre première cabane, mes amis ont réussi à sortir mon corps inerte (quand vous quittez le jeu votre corps reste inconscient) pour le cacher dans notre nouvelle bâtisse.

Ark-Brachiosaure2

Boby le Brachyo défonce les maisons

Je me relance dans l’effort de guerre, l’objectif est maintenant de pouvoir chasser du plus gros gibier que des simples Dodos. Nous « craftons » des arcs et des flèches mais nous sommes encore trop fragiles face à cette nature hostile. Ce n’est que le lendemain après avoir trouvé des flèches tranquillisantes qu’on arrivera en équipe à tuer notre première cible de choix, une sorte d’énorme crocodile. Le combat aura été tendu mais assez simple: tendu car finalement on sait qu’en deux trois coup il nous tuera mais simple car à deux la technique du lièvre, qui fait l’appât pendant que l’autre lance des flèches/lances sur la victime, fonctionne parfaitement.

La nuit tombe, j’ai appris à faire des fusées de détresse et on s’amuse à les tirer au ciel pour faire une sorte de feu d’artifice. Je m’étonne à me dire que pendant près de 14h un jeu a pu m’apporter autant d’aventure rigolotes et impliquantes dans un monde aussi immersif.

FeuDartifice

C’est le 14 juillet les zamis!

Je ne pourrais pas découvrir les mécaniques permettant d’apprivoiser les dinosaures, mon PC ayant décidé de rendre l’âme. Je ne vous parlerais donc pas de cet aspect du jeu, qui avec la survie fait 90% du jeu.

Photos de vacances

La première impression visuelle est une belle gifle tellement ce monde est beau et très immersif. Les dinosaures sont crédibles avec des comportements pas trop mal foutus. Les herbivores se foutent royalement de vous, les carnivores vous attaquent que vous soyez armés ou pas. La patte artistique trouvera ses détracteurs tant les effets de bloom sont présents parfois à outrance. Globalement c’est un jeu assez beau même s’il est vieillot et qu’il n’est pas axé sur le photo réalisme.

Pour la partie purement technique, en revanche, l’optimisation du jeu est à chier. Elle a probablement été faite par un mec torturé dans son enfance et adepte de la méthode CALC (Coder Avec Les Couilles). Je n’ai pas choisis ce titre par hasard car en effet, brut de réglages, Ark Survival Evolved est un générateur de diapositives: Sans trifouiller pendant prêt d’une heure les réglages et avoir lu 30 minutes le forum sur steam, le jeu tourne à 12-13 FPS ce qui est tout bonnement injouable. Les « presets » de base n’aident pas non plus, on à le choix entre Low (et la c’est ultra moche), high (qui tourne à 12 FPS) et epic (que je n’aurais même pas testé).

Le jeux aura au moins eu le mérite de coucher littéralement mon PC et de faire éclater mon alimentation …

téléchargement (3)

About Author

Grand stratège devant l'éternel de Football Manager. Ma devise : "si y a gazon, y a match".

Comments are closed.