Retro Test The Witcher 1 sur PC

0

Verdict apres 3h de jeu

60
On a aimé mais
on s'arrête la

The Witcher est un bon RPG qui a mal vieilli. En l'état, seule l'histoire vous permettra, si vous vous y accrocher, de dépasser les première heures de jeu tant son moteur est dépassé aussi bien visuellement que sur bonne partie du gameplay. Il vaut la peine d'être joué également pour son système de combat audacieux à l'époque et toujours original. Attention par contre: seulement en VO, la VF étant vraiment mauvaise.

J’avais lu un des bouquins avant même que le jeu ne sorte et c’est ce qui m’avait empêché de jouer au jeu. En plus de sa durée de vie annoncée pour terminer la quête principale, qui me paraissait bien trop longue pour mon profil de joueur de l’époque.

L’idée de cet article n’est pas de vous dire si The Witcher premier du nom est un bon jeu, mais simplement vous donner mon avis de débutant sur cette série de RPG encensée par la critique. Dans le simple but d’aiguiller des joueurs qui, comme moi, seraient passés à côté de cette série et souhaiteraient se mettre à jour en vue de la troisième itération sortant le mois prochain.

C’est donc une critique en 2015 d’un jeu de 2007 en first walkthrough, il est donc inutile de me sauter à la gorge étant donné que 8 ans en jeu vidéo c’est l’équivalent de 20 ans dans d’autres industries.

Le fier Gerald of Riva

Le fier Geralt of Riva

Who you gonna call ?

Dans The Witcher on incarne Geralt of Rivia. « Of » et pas « de » car oui la première chose à faire en lançant The Witcher, par pitié, est d’ôter ces mauvais doublages dignes d’un Sharknado. Je comprends que ce soit difficile de se faire un RPG totalement en Anglais quand on ne maîtrise pas la langue, mais la VO (Anglais hein pas Polonais …) sous-titrée français est un minimum requis pour ne pas perdre tout de l’immersion de l’histoire. C’est là d’ailleurs qu’on tombe sur le premier fail du jeu: il faut à chaque lancement du jeu remettre ce paramètre qui n’est pas sauvegardé dans la partie et qu’on ne peut changer que sur l’écran de lancement du jeu …

L'intro est de bonne facture malgré les années ...

L’intro est de bonne facture malgré les années …

C’est l’histoire d’un mec …

Rassurez-vous je ne dévoilerais rien de l’histoire. Premièrement parce que je n’ai pas fini le jeu mais surtout parce que l’histoire vaut vraiment le coup de s’y intéresser. D’ailleurs si vous avez le temps et un bon libraire/magasin d’ebook procurez-vous l’œuvre initiale qui est une très bonne saga de SF. Selon moi le plus gros point fort de The Witcher est bien son background, on est là dans un monde sombre, complexe parfois chaotique et adulte car oui dans ce jeu, on baise (même si, je vous l’accorde, ça ne suffit probablement pas à définir le statut d’adulte).

Une modélisation vieillotte

Une modélisation vieillotte

Sur le plan « teque nique » et « taque tique » pas tic et tac c’est comment ?

Jouer à The Witcher aujourd’hui, c’est accepter beaucoup de choses directement liées à l’âge du produit:

– Accepter de saigner des yeux, parce que c’est moche. La claque visuelle fait très mal et ce, même avec les détails à fond. Ça empire évidemment quand on a joué à Dragon Age Inquisition juste avant. Les textures sont vieillottes, la modélisation imparfaite (les proportions des corps sont fantasques), pas mal de glitch viennent gâcher l’expérience de jeu (sur les personnages féminin à cheveux longs). Oui il est possible de modder le jeu, comme il est possible de modder la quasi totalité des jeux mais je juge la réalisation officielle du studio

– Accepter le moteur de NeverWinter Nights où les collisions sont old school et où l’axe Z n’existe pas => donc oui impossible de contourner des escaliers il faut impérativement prendre les marches

– Mais aussi accepter un gameplay exigeant, parfois punitif et rigide, sauvé par un système de combat jouissif qui montre l’audace d’un jeune studio avide à l’époque de renouveler un genre

2015-04-07_00006

Jeu: The Witcher
Editeur: Atari, CD Projekt
Développeur: CD Projekt
Date de sortie: 26/10/2007
Genre: RPG, action-RPG

About Author

Grand stratège devant l'éternel de Football Manager. Ma devise : "si y a gazon, y a match".

Comments are closed.