Test: Honor 7 depuis un iPhone 3GS, changer de siècle en même temps que de téléphone

0

Le Honor 7 est-il le Saint-Graal pour ceux qui veulent quitter Apple?

70
Envisageable

Le Honor 7 de Huawei est un très bon téléphone dans l’absolu. Avec l’offre spéciale de vMall, il est difficile de trouver un téléphone de cette qualité à 300€. Côté software, Android n'est pas encore au niveau de finition d'un IOS, et il faudra être capable de faire abstraction de ces différences pour obtenir un téléphone abordable.
Si le Honor 7 semble donc être un bon candidat pour quitter Apple, il est évident qu'un tel bouleversement ne se fait pas sans heurts, car il souffre d’un ou deux défauts assez pénibles qui gâchent l’impression de qualité globale qui s’en dégage.

Changer de vie, de l’iPhone 3GS au Honor 7

Madness?

Disclaimer

Commençons par le commencement : je dois tout d’abord vous prévenir que ce test est biaisé. J’ai bien dit biaisé, avec deux i. Biaisé, donc, par plusieurs faits:

  • Je suis un vieux con en ce qui concerne les téléphones, je détaillerai ce que ça signifie plus tard
  • Mon ancien téléphone est un iPhone 3GS de 2009
  • Je n’ai jamais testé d’autre version d’Android
  • Je ne veux pas claquer plus de 300€ dans un téléphone
  • Je n’ai pas la prétention d’être objectif

Quand je dis que je suis un vieux con des téléphones, comprenez par-là que mon utilisation se résume à peu près à:

  • Téléphoner (duh)
  • Envoyer des SMS et des mails
  • Faire quelques photos de burgers et de feuilles mortes
  • Savoir où je me suis perdu avec Maps ou un GPS
  • Voir combien j’ai plus de thunes sur mes banques
  • Perdre mon temps sur le trône avec Facebook ou 9GAG
  • Shazamer une musique pour palier à ma mémoire défaillante

 

Pourquoi le Honor 7 ?

  • Pour plusieurs raisons personnelles, j’en ai marre d’Apple (70% des ces raisons c’est iTunes)
  • Emotion UI semble être le candidat idéal pour un futur-ex-Appleboy
  • La finition métal fait figure d’exception parmi les téléphones chinois playmobil
  • L’offre spéciale à -50€ sur vMall le fait rentrer dans mon budget
  • Pas d’iTunes
  • Pas de fu**ing iTunes

 

Unboxing

Soyons honnête, quand on déballe un nouveau téléphone, on est excité comme une ado prépubère à un concert de Justin Bieber. Première surprise : la taille de la boîte. Je m’attendais à plus grand (insérer ici blague graveleuse).

Quant à son contenu, rien à dire, on trouve:

  • Un téléphone (no shit)
  • Un chargeur USB
  • Une paire d’écouteurs « qui ressemblent à ceux d’Apple, mais c’est pas Apple »
  • Un câble dont l’extrémité m’est inconnue, mais qui entre dans le téléphone comme papa dans maman (après une recherche rapide, il s’agit d’un micro USB tout à fait standard, mais je vous rappelle que j’avais un iPhone 3GS, et que non je ne connaissais pas ce standard, et je vous emmerde)
  • Une boîte en carton avec un sextoy pour téléphone (le machin pour sortir la carte SIM), et tout un tas de trucs inutiles dedans comme le manuel et des stickers (pour tuner sa caisse ou son chat)

IMG_1513 IMG_1512

Initialisation

A l’allumage, il s’allume. Ouais ça paraît con, mais il est arrivé avec 70% de batterie, ce qui est plutôt sympa. Au démarrage, les écrans de configurations défilent, rien de très surprenant, et je ne me priverai pas de troller un peu les Apple-haters : Big Broother sollicite autant de données perso que n’importe quel téléphone de la pomme, de l’empreinte digitale (si on veut) au moyen de paiement. Globalement rien à dire, c’est simple et intuitif.

IMG_1519 IMG_1521 IMG_1525 IMG_1526

Premier choc, une fois mon compte Google saisi, le téléphone a aspiré toutes mes données de contacts, mails et agenda. Pratique, mais flippant.

Ce qui m’amène une anecdote : vu que mon compte Google est protégé par la validation en 2 étapes, et que cette validation envoie un SMS de confirmation, je me demande ce qu’il se passe si on a déjà mis sa SIM dans ce nouveau téléphone ?

honor7-raptor

Enfin, ce n’était pas mon cas, donc passons.

Au moment d’insérer ma SIM, grosse déconvenue : ma SIM datant de la même époque que mon téléphone (on dirait un gros icone de document sous Windows 98), je me demande bien comment faire rentrer ce gros engin dans un si petit trou. Car oui, le Honor 7 (comme tous les téléphones modernes je suppose) utilise une nano SIM.

Enfin je dis une, mais il est possible d’en mettre 2, ce qui est plutôt cool dans l’absolu (mettons une SIM pro par exemple). Il est également possible de mettre une SIM et une carte SD, option que j’avoue ne pas encore avoir testé.

honor7-doublesim

J’ai donc commencé à l’utiliser en Wifi jusqu’à m’en faire pousser une paire et découper ma SIM pour la faire rentrer. Ce qui s’est bien passé, grâce à un peu de violence lubrifiant patience, tout le monde va bien.

 

 

Aspect physique du téléphone

Au niveau physique, j’étais un peu surpris au départ de ne pas avoir de bouton « home » -conditionnement quand tu nous tiens-. On se fait toutefois très vite aux boutons logiciels. J’avoue être un peu dubitatif car les boutons physiques font vraiment fragiles, on verra dans le temps ce que ça donne.

Un point qui me gêne est l’objectif de l’appareil photo qui dépasse. N’ayant pas encore acheté de housse de protection, je suis traumatisé à l’idée de rayer l’objectif, du coup, je ne sais pas dans quel sens le poser : sur l’écran ? sur l’appareil photo ? ça manque un peu d’étude UX là derrière.

Je crois que ce qui me manque le plus, c’est le switch pour passer en mode vibreur. Mes chers collègues ou amis fervents utilisateurs d’Android répondirent « Mais tu as qu’à faire une pression longue sur le volume »

Ouais mais non, j’aime bien savoir si mon téléphone est en vibreur sans avoir à l’allumer, bref je devrai faire l’impasse sur cette fonction. J’ai bien tenté en vain de câbler la « smart key » du Honor sur le passage en mode vibreur, sans succès jusqu’ici.

L’écran est vraiment pas mal, ça ne pixellise pas, évidemment ça demanderait un benchmark sur une vidéo 1080p, que je n’ai pas fait jusqu’ici (cf mon utilisation d’un téléphone). J’irai sur youporntube et je vous dirai ça plus tard.

A savoir, le Honor 7 est vraiment grand, et dépasse de la poche arrière d’un jean, aussi faites attention lorsque vous baissez le bénard pour conquérir le trône, j’ai failli le laisser échapper, ce qui aurait fait cesser abruptement ce test.

J’ai encore du mal à me faire à la faiblesse de la fonctionnalité vibreur, et je n’ai pas trouvé de moyen pour augmenter la force de la vibration (si ça existe, c’est donc mal foutu).

Le tout fait assez fragile, toutefois en ajoutant une jaquette et un écran en verre trempé je me sens plus serein. L’appareil est plus lourd et j’ai enfin la sensation de qualité qui me manquait. Surtout, l’appareil photo ne touche plus le support quand je poste le téléphone.

IMG_1536

 

 

Utilisation en Wifi

Niveau logiciel, l’interface Emotion UI rend soit-disant Android plus accessible pour les handicapés des téléphones, toutefois comme je n’ai pas d’élément de comparaison je ne pourrai pas valider ce point.

Toutes les apps sont donc sur le bureau, et bien que ce soit iconoclaste, j’avoue que j’aime ça. Je regarde donc tout ce qui est installé, et me débarrasse d’un certain nombre de crapwares préinstallés (des jeux à base de dragons roses et autres sagas de sorcières à bulles).

Côté appareil photo : la qualité de l’appareil, forcément quand on vient d’un 3GS c’est de la science-fiction, on voit des détails et tout, et les photos sont en 16/9èmes. La possibilité de prendre la photo avec le bouton physique derrière est intéressante, j’ai d’ailleurs pris de très belles photos de mon parquet grâce à lui. Les filtres c’est rigolo, mais on s’en bat un peu la rate quand on a passé l’âge des duckfaces dans la salle de bains. La fonctionnalité selfie, quasi de série sur les smartphones récents, rappelle rapidement qu’on n’est vraiment pas beaux quand on se mate à 10 cm de ses trous de nez, et ça permettra peut-être de prendre des photos dossier lors des soirées arrosées. Je suis curieux de savoir s’il y a une fonction visio-phone, que j’avoue ne pas avoir cherchée.
Les widgets, ça peut être cool. Surtout un agenda en quasi full-screen sur le bureau. J’avoue que c’est un bon point d’Android.

Je découvre alors avec émerveillement la fonctionnalité télécommande programmable. Soit je n’ai pas compris comment ça marche, soit c’est de la merde. Je voulais tenter d’enregistrer les 5 (oui, 5) télécommandes de mes volets roulants dans le téléphone, ce qui aurait été cool et pratique. IMPOSSIBLE de faire comprendre au téléphone que j’étais en train de l’irradier de commandes (alors que mes volets montaient et descendaient frénétiquement). Ce n’est peut-être pas de l’infrarouge, mais comme son encéphalogramme est resté désespérément plat même avec la télécommande de la télé, j’ai dû rater quelque chose. Peut-être une option à activer, un truc spécial réservé aux « vrais », mais on se heurte là au manque de convivialité notoire d’Android, et je me suis senti très con.

honor7-feelstupid

Ensuite direction le Play Store pour retrouver mes apps favorites : Shazam, 9GAG, leboncoin, tout y est, me voilà rassuré. En revanche dès que je repasse aux rares jeux auxquels je joue, forcément, déconvenue : il faut repasser à la caisse. Et certains titres n’y sont pas, ce qui n’est pas bien grave tant la ludothèque semble fournie.

Les popups d’avertissement à l’installation de Google sont plutôt bien faites, bien qu’assez flippantes. Une application pour passer le téléphone en mode vibreur qui demande accès à des trucs improbables comme la liste d’appels ou la date de ma dernière cuite, c’est intrusif, mais bon au moins on est prévenu.

Un point très positif que je noterai du Playstore c’est la possibilité de payer via Paypal (impossible chez Appeul). Pour ce qui concerne le Playstore, je reste perplexe sur le fait qu’on trouve via internet des applications qui n’apparaissent pas sur l’application… Y’aurait-il donc plusieurs stores ? Ma vie serait-elle un mensonge ?

 

 

Utilisation en 4G (wouaaaaaaaaa)

Je vais commencer par un coup de gueule contre les opérateurs qui ralentissent délibérément les réseaux 3G pour forcer à passer en 4G, car c’est cet état de fait qui m’a poussé à changer de téléphone, alors que mon 3GS était encore parfaitement fonctionnel (batterie comprise). La vitesse du réseau s’est ostensiblement dégradée depuis que B&You a fait de la publicité pour la 4G. La 3G dont on vantait tant les mérites n’est plus que l’ombre d’elle-même, un peu comme la gueule de Brigitte Bardot (pardon Brigitte, on t’aime).

honor7-4g

J’ai la chance d’être sur un forfait illimité en tout chez (feu) B&You, et le passage sur un téléphone compatible 4G revient à passer de l’ADSL à la fibre. Tant qu’on n’a pas tenté, on se dit qu’on n’en a pas besoin. Et bien croyez-le ou pas, mais browser 9GAG en 4G c’est un plaisir que je n’avais pas connu jusqu’alors, une chronophagie totalement inutile et donc indispensable qui redevient un plaisir.

Signalons au passage un dysfonctionnement assez gênant qui fait échouer régulièrement l’envoi de SMS longs, avant de trouver une solution, je devais les renvoyer, et renvoyer encore. Pour régler le souci, il a fallu que je change l’appli de messagerie pour passer sur Handcent SMS, qui fait le job. J’avoue que là on a commencé à toucher les limites de ce que j’accepte de faire pour utiliser un téléphone…

 

 

Migrer ses contacts de IOS vers Android

Même si le service contacts de big brother Google a rapatrié tous mes contacts Gmail sans que je lui demande (et c’est un beau bordel), je souhaite réellement distinguer les contacts de ma boîte mail de mes contacts téléphoniques, comme je faisais sous iOS. J’ai commencé à chercher comment transférer mes 200+ contacts sans efforts (le vieux geek est fainéant), et j’ai vu la lumière lorsqu’apparaît MyContactsBackup (de rien pour la pub) dans le store : mon application de sauvegarde de contacts sous iOS fonctionnerait donc sous Android ?! 1 mail et 10 secondes d’importation plus tard, tous mes contacts étaient en place.

 

 

Conclusion

La résistance au changement est une bête féroce, et quand on est habitué à une solution, même imparfaite, il faut savoir accepter que tout changement est un compromis. On est exactement dans ce cas là. Le téléphone est bon, pour 300€ il est même très bon. Réactif, bien fini, et agréable à l’utilisation malgré son vibreur un peu faible. IOS a des défauts, et également un « polish » que personne ne peut lui enlever. Pour faire simple un iTruc « ça marche ». Android permet de tout faire, tant qu’on est prêt à y passer un certain temps, trifouiller les options de config, télécharger des trucs… Sur mon PC ça ne me gène pas, mais sur mon téléphone ça m’agace un peu. Bref, tout ça pour dire qu’armé de mon nouveau joujou vibrant, je suis prêt à commencer une nouvelle vie, une vie sans Apple

honor7-changelife

 

 

Et sans iTunes.

About Author

Comments are closed.